Naviguez sur un trimaran 60 pieds ORMA, un monocoque 60 pieds IMOCA et un maxi-catamaran 74 pieds G-Class avec les complicités d'Alain Gautier
t f
^

Aymeric Belloir : Embarquement imminent pour une Mini XXLarge

Aymeric Belloir-Mini Transat
Communiqué de presse, lundi 11 novembre 2013

 

Départ demain du vol atlantique « Sada-Gwada »

 
Embarquement imminent pour une Mini XXLarge !

 

Le compte est à nouveau lancé pour Aymeric Belloir sur la mini-Transat. Après moults péripéties et coups de théâtre qui ont contraint l’organisation à décaler, puis annuler la première étape au départ de Douarnenez, l’édition 2013 s’apprête à reprendre tous ses droits. Un mois, ou presque, après le dimanche 13 octobre dernier, date de départ initiale, c’est sur un vol direct entre l’Espagne et la Guadeloupe – « le Sada-Gwada », comme on l’appelle désormais dans les rangs de la course – que le n°810 s’apprête à remettre les voiles. Le décollage est imminent, puisque c’est demain à 15 heures que sera donné le départ d’une « transat radicale » pour laquelle le skipper deTout le Monde Chante contre la cancer est plus que jamais motivé…

Les vents contraires qui soufflaient sur la Mini-Transat 2013, prise dans la tourmente des dépressions déchaînées et successives balayant le golfe de Gascogne, ont cette fois déserté la place. L’horizon s’est dégagé en grand pour l’organisation, comme pour les 77 skippers encore en lice, qui depuis un mois courent après leur course.

Sada, nouveau départ

Après avoir essuyé les turbulences de cet automne 2013, cette épreuve en solitaire, qui occupe depuis 1977 une place à part dans le paysage de la course au large, revient avec un scénario inédit qui promet de faire date sur la base d’une seule et même étape entre l’Espagne et la Guadeloupe. La flotte sur les rangs cette année, qui s’était dispersée sur les côtes nord de la péninsule ibérique, s’est désormais réunie à Sada, à proximité du cap Finisterre, et porte d’accès la plus immédiate pour une traversée de l’Atlantique en direction des Antilles.

Convoyage catabérique...

Depuis quatre jours, Aymeric a rallié ce petit port galicien voisin de La Corogne, devenu par la force des choses le point de départ de cette Mini-Transat remodelée suite à l’annulation de l’escale initiale à Lanzarote, en raison des délais impartis et du temps perdu depuis Douarnenez. Depuis Gijon, où il avait pris ses quartiers de fortune après le faux départ des côtes bretonnes, le skipper du 810 a rejoint Sada au terme d’un convoyage musclé le long de la côte cantabérique, qui restera dans les annales de cette édition historique. Arrivé à bon port, il s’active et se remobilise désormais pour les ultimes préparatifs dans la perspective de ce nouveau coup d’envoi.

… pour embarquement atlantique

« Ce convoyage a été hyper dur, mais il m’a donné mon ticket d’embarquement pour cette transat surprise.Tant moralement que physiquement. A Gijon, après la fausse demie première étape, j’ai eu des gros moments de doutes. Je souffrais d’une tendinite au poignet qui risquait de compromettre ma participation dans la course dans son nouveau format. Je n’étais pas sûr de pouvoir suffisamment me soigner et me soulager pour partir dans une telle aventure. Il fallait d’abord m’acquitter de cette navigation éprouvante pour moi comme pour le bateau, qui n’avait rien d’une partie de plaisir. Et puis me voilà arrivé à Sada, et depuis vendredi j’ai eu le temps de reprendre des forces » confie-t-il.

Marabout morbihannais, médecin espagnol

« Ma femme a même contacté un marabout morbihannais pour qu’il me soigne à distance. Je ne sais qui, de lui ou de ma féroce envie de naviguer, l’a finalement emporté… Toujours est-il que j’ai consulté un bon médecin au centre hospitalier universitaire de La Corogne. Une belle rencontre. Il navigue, et il m’a prescrit le traitement adéquat pour m’aligner au départ de cette transat grand format. En tout cas, c’est parti pour une course, qui à défaut d’avoir vraiment débuté, nous a déjà servi son lot d’aventures, et montré qu’elle se mérite. Pour être sincère, depuis Douarnenez, je suis passé par toutes les émotions, mais face à ce nouveau scénario, je me sens regonflé à bloc. »

3 600 milles d’une traite

Demain à 15 heures, après voir réglé les derniers détails logistiques – comme embarquer 25 litres d’eau supplémentaires par rapport aux 100 prévus, faire des courses pour 25 jours de mer environ, et le plein de méthanol pour la pile à combustible qui produit l’énergie du bord – Tout le Monde Chante contre le cancer sera fin prêt pour s’élancer sur parcours de 3 600 milles (6 700 km) entre l’Espagne et la Guadeloupe. Après Sada, Aymeric saluera, au passage d’une porte au large de Puerto Calero, l’île de Lanzarote et tous ceux qui se réjouissaient de l’accueillir. Une escale technique y est par ailleurs autorisée pour permettre de réparer des éventuelles avaries avant de se lancer sur les grands espaces océaniques jusqu’à Pointe-à-Pitre.

Aymeric Belloir Mini Transat CP 11 nov

 

© Photo : Jacques Vapillon / Mini Transat
Ultimes préparatifs à Sada

« Une transat historique et radicale »

« C’est vrai que cette édition 2013 est déjà historique, puisque nous naviguerons sur étape unique. La plus longue jamais disputée, du jamais vu ! Quelque part, elle correspond à l’image que je peux me faire d’une vraie transat en solitaire : sans escale entre le continent et les Caraïbes. Le bateau sera plus chargé avec des risques de démâtage plus élevés. Il faudra naviguer en bon marin, placer le curseur de vitesse au bon endroit, et surtout ne pas manquer de réussite. Après les Canaries, on n’aura plus de visibilité à plusieurs jours sur les prévisions météo. On pourra compter sur les bulletins quotidiens émis par la direction de course, qu’il faudra compléter en se fiant à la bonne étoile de notre intuition. C’est une transat radicale qui nous attend, » explique Aymeric, soulagé et impatient de vivre ce départ tant attendu pour cette traversée océanique, qui n’a pas fini de mêler compétition et aventure humaine. Qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse…

Contact médias
Laure Faÿ /// Vu Com’
+33(0)6 87 27 97 95

Suivez Aymeric sur les réseaux sociaux

Facebook Twitter


Ils soutiennent « Tout le Monde Chante contre le cancer »

 

Adidas eyewear – Arzal Nautique – Décor Enseigne – Forêt Adrenaline – Netto Lanester – Netto Nivillac – Nke – Ursuit – Sablières Palvadeau – Tea and Coffee – Vivaldi Le clos de Vallombreuse – Sensation Ocean – Sands Beach Resort

Tout le Monde Chante contre le cancer est une association qui organise deux évènements majeurs, à Villefranche de Rouèrgues et à l’Olympia, au profit de cette cause qui nous touche tous, la lutte contre le cancer. Des artistes, des bénévoles, viennent offrir leurs temps et leurs voix, pour que la maladie ne soient plus une fatalité. Les fonds recueillis permettent de financer des actions pour aider les enfants atteints par la maladie à lutter plus efficacement. Le nom du bateau est offert à l’association pour lui permettre d’élargir son audience. www.toutlemondechante.net

Partenaires Aymeric Belloir

«
 
»

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply