Naviguez sur un trimaran 60 pieds ORMA, un monocoque 60 pieds IMOCA et un maxi-catamaran 74 pieds G-Class avec les complicités d'Alain Gautier
t f
^

Mercredi à Pointe à Pitre

Aymeric Belloir-Mini Transat

Communiqué de presse, jeudi 28 novembre 2013

Mercredi à Pointe-à-Pitre ?

« Une navigation exemplaire, « une course magnifique », « une route parfaite »…. Les témoignages s’accumulent dans le sillage d’Aymeric Belloir sur la Mini-Transat, qui carbure toujours au vent de la réussite, et dont la trajectoire sur l’Atlantique n’a pas fini de faire parler d’elle. En tête depuis le cap Finisterre, c’est avec maestria que le skipper de Tout le Monde Chante contre le cancerprogresse sur cette traversée en solitaire, creusant au fil des jours de gros écarts avec le reste de la flotte des bateaux de série. Alors qu’il vient de passer sous la barre des 1 000 milles à parcourir jusqu’à l’arrivée à Pointe-à-Pitre, il est attendu à l’horizon du milieu de semaine prochaine, dans la journée de mercredi d’après les premières estimations, pour mettre un terme à cette incroyable chevauchée océanique.

Si rien n’est joué avant que la ligne d’arrivée ne soit coupée, si Aymeric, le premier, se garderait bien de s’emballer pour rester concentré sur la marche de son bateau, rien ne semble aujourd’hui pouvoir l’arrêter dans sa lancée. Pas même la météo, qui, comme elle en a si souvent l’habitude en matière de course au large, profite depuis hier aux leaders, échappant à une zone de vent mou plus en arrière. Résultat de la course ce jeudi, les riches s’enrichissent ; et au 15è jour de mer, le skipper du 810 continue de gagner du terrain quand ses poursuivants connaissent des heures plus compliquées, si ce n’est franchement plus difficiles, dans une rupture du flux d’alizé générée par le passage d’une dépression orageuse.

Sa poursuivante immédiate, Justine Mettraux (Team Work), qui s’accroche avec brio, est la première à en faire les frais. Encore à 100 milles derrière hier soir, elle accuse cet après-midi un retard de 130 milles sur l’indéboulonnable chef de fil des bateaux de série. Même si elle même peut se féliciter d’avoir pris un net avantage sur Simon Koster (Go4It) pour confortablement s’installer dans le fauteuil de dauphine, seul un pépin technique à bord de Tout le Monde Chante pourrait lui permettre de revenir sérieusement dans son tableau arrière.

L’art de la trajectoire*

A 1 000 milles de l’arrivée, la route est encore longue avant d’affaler les voiles. Mais, depuis le départ le 13 novembre dernier, Aymeric se fait la belle. Après un passage en trombe à travers les Canaries, il s’est en effet très vite décalé au Sud, et tire encore aujourd’hui tous les bénéfices de ce choix de route aussi précoce qu’inspiré. « Depuis qu’il s’est positionné pour la traversée, sa trajectoire est très droite. On a l’impression qu’il vise un point sans hésitation, on a la sensation qu’il fait la route parfaite quand ses concurrents ont dû plus tergiverser », commente Lucas Montagne, un ancien Ministe qui porte un regard éclairé sur la course du 810.

Autre facteur déterminant dans sa course : les avaries qui n’ont malheureusement pas épargné certains de ses plus solides concurrents, et auxquelles il a pu échapper. « Aymeric se distingue aussi dans la manière selon laquelle il gère son bateau qu’il connaît par coeur. Il a su le préserver. Sa grande force c’est son expérience du large qui lui permet de mettre la poignée dans le coin au bon moment… «  Pour illustrer ces propos, ce jeudi Aymeric s’adjuge encore les honneurs du jour sur le Trophée Air Caraïbes récompensant la plus grande distance parcourue sur les dernières 24 heures. Tandis qu’en prototype, le leader Giancarlo Pedote décroche la palme du jour avec 236 milles dans des conditions de vent médium, chez les bateau de série, Aymeric affiche le joli score de 182,64 milles. Preuve s’il en est, que le routier de l’océan du 810 a bel et bien le pied au plancher. Et qu’il est pressé d’arriver…

Aymeric
© Photo : François Van Melleghem / Mini Transat 2013

 

Classement bateaux de série du jeudi 28 novembre à 16h

1. Aymeric Belloir (810 – Tout le Monde chante contre le Cancer) à 960,4 nm de l’arrivée
2. Justine Mettraux (824 – TeamWork) + 131,8 nm
3. Simon Koster (819 – Go 4 it) +200,6 nm
4. Jean-Baptiste Lemaire (607 – Œuvre du Marin Breton) + 336,4 nm
5. Tanguy Le Turquais (599 – Terréal Rêve d’enfance) + 394,5 nm

* Les question des « Zarbis » du 810 : « Dis, comment-tu te diriges ? »
Pour en savoir plus sur la manière dont Aymeric trace sa route et dessine sa trajectoire, suivez ce lien vers la vidéo du jour qui apporte les explications du skipper de Tout le Monde Chante contre le cancer sur les outils dont il dispose à bord pour se positionner et progresser sur l’échiquier océanique….

 


Contact médias
Laure Faÿ /// Vu Com’
+33(0)6 87 27 97 95

Suivez Aymeric sur le site de la Mini-Transat (www.minitransat.fr) et les réseaux sociaux

Facebook Twitter


Ils soutiennent « Tout le Monde Chante contre le cancer »

Adidas eyewear – Arzal Nautique – Décor Enseigne – Forêt Adrenaline – Netto Lanester – Netto Nivillac – Nke – Ursuit – Sablières Palvadeau – Tea and Coffee – Vivaldi Le clos de Vallombreuse – Sensation Ocean – Sands Beach Resort

Tout le Monde Chante contre le cancer est une association qui organise deux évènements majeurs, à Villefranche de Rouèrgues et à l’Olympia, au profit de cette cause qui nous touche tous, la lutte contre le cancer. Des artistes, des bénévoles, viennent offrir leurs temps et leurs voix, pour que la maladie ne soient plus une fatalité. Les fonds recueillis permettent de financer des actions pour aider les enfants atteints par la maladie à lutter plus efficacement. Le nom du bateau est offert à l’association pour lui permettre d’élargir son audience. www.toutlemondechante.net

Partenaires Aymeric Belloir

«
 
»

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply